Mes Expéditions d’Altitude

 Kilimanjaro - 2003
 Mc Kinley - 2003
 ProjetsKilimanjaro.htmlMc_kinley.htmlProjets.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2
Le dépassement de soidepassement_de_soi.htmlshapeimage_3_link_0
Mes liensliens.htmlshapeimage_4_link_0
Mes Expéditions Polaires

 Spitzberg - 2001
 Nunavut / Terre de Baffin - 2002
 ProjetsSpitzberg.htmlNunavut.htmlProjets.htmlshapeimage_5_link_0shapeimage_5_link_1shapeimage_5_link_2
En Pratique
 le froid
 l’altitude
 l’hygiènepratique_-_le_froid.htmlpratique_-_altitude.htmlshapeimage_6_link_0shapeimage_6_link_1
 
Besoins naturels
Alimentation et hydratation
La Toilette
Le Sommeilpratique_-_hygiene.htmlpratique_-_toilette.htmlpratique_-_sommeil.htmlshapeimage_7_link_0shapeimage_7_link_1shapeimage_7_link_2

Compte tenu des efforts physiques consentis et la dépense de calories liée à la lutte contre le froid, une bonne alimentation, une excellente hydratation et un apport énergétique adapté sont indispensables.


Alimentation


On table généralement sur une alimentation de 4000 calories / jour, avec la répartition suivante :

  1. Glucides : 60%, (rendement calorique : 4 calories par gramme)

  2. Lipides : 25-30%, (rendement calorique : 9 calories par gramme)

  3. Protides : 10-15%, (rendement calorique : 4 calories par gramme)


On réservera plutôt les lipides pour le soir, dans la tente. Très riches en calories, ils stimulent le métabolisme, la digestion, augmente la température et les chances de bien dormir.


On favorisera la prise de glucide, la journée, pendant l'effort et l'exposition au froid puisqu'ils sont immédiatement utilisables par l'organisme.


Une perte d'appétit inévitable passera une fois l'acclimatation à l'altitude faite. Au delà de 6000m, l'anorexie est constante : l'alpiniste peut n'accepter que 1000/1500 calories par jour (alors que 4000 sont nécessaires). Cela entraine une perte de poids importante, aux dépens de l'eau corporelle d'abord, puis du tissu adipeux et enfin du tissu musculaire.


L'hydratation


Encore plus important que l'alimentation, l'hydratation est un élément déterminant la réussite de toute expé. En effet, la déshydratation favorise la fatigue, l'hypothermie, les gelures alors que l'exposition au froid et à l'altitude augmente les besoins hydriques.


De plus, la performance physique diminue lorsque l'organisme manque d'eau : 2% de perte de liquide entraine 20% de perte de performance. Souvenez-vous que que cet effet peut être cumulé à celui du manque d'oxygène sur les performances.


Les motifs de perte hydrique sont nombreux :

  1. la vapeur d'eau présente dans l'air est d'autant plus faible que l'air est froid.

  2. la transpiration, à éviter par dessus tout car elle est très préjudiciable à l'organisme dans la lutte qui l'oppose au froid.

  3. la diurèse, augmentée par l'effort physique et le stress.

  4. le rythme respiratoire augmentant, les pertes d'eau par expiration suivent cette augmentation (~200 ml par heure)


Il est recommandé d'étaler la ration hydrique journalière par prise régulière et évidemment sous forme de boissons chaudes. Le volume est de l'ordre de 4 à 5 litres, un apport énergétique d'une calorie nécessitant un apport hydrique d'1 cm3 d'eau.


On comprend pourquoi le réchaud servant à faire fondre la neige est vraiment un équipement vital