Le dépassement de soidepassement_de_soi.htmlshapeimage_2_link_0
Mes liensliens.htmlshapeimage_3_link_0
Mes Expéditions Polaires

 Spitzberg - 2001
 Nunavut / Terre de Baffin - 2002
 ProjetsSpitzberg.htmlNunavut.htmlProjets.htmlshapeimage_4_link_0shapeimage_4_link_1shapeimage_4_link_2
Mes Expéditions d’Altitude

 Kilimanjaro - 2003
 Mc Kinley - 2003
 ProjetsKilimanjaro.htmlMc_kinley.htmlProjets.htmlshapeimage_5_link_0shapeimage_5_link_1shapeimage_5_link_2
En Pratique
 le froid
 l’altitude
 l’hygiènepratique_-_le_froid.htmlpratique_-_hygiene.htmlshapeimage_6_link_0shapeimage_6_link_1
 

L'altitude augmentant, la pression d'oxygène dans l'air ambiant diminue, tout comme le nombre de molécules d'oxygène disponible pour le fonctionnement des cellules de l'organisme.

Altitude, hypoxie et performances
L’adaptation de l’organisme
Les pathologies
La préventionpratique_-_adaptation.htmlpratique_-_adaptation.htmlpratique_-_pathologies.htmlpratique_-_prevention.htmlshapeimage_7_link_0shapeimage_7_link_1shapeimage_7_link_2shapeimage_7_link_3

Ce tableau est théorique car, pour une même altitude, la pression est différente selon la latitude : la pression baisse plus on s'éloigne de l'Equateur. De plus, la température est très fortement soumise à l'effet Windchill.

Quelque soit l'individu et son entraînement, la diminution de la pression d'O2 dans l'air et donc le manque d'oxygène, deviennent des facteurs limitant très fortement la performance. En effet, la consommation maximale d'O2 (VO2 Max) diminue progressivement en altitude :