Le dépassement de soidepassement_de_soi.htmlshapeimage_2_link_0
Mes liensliens.htmlshapeimage_3_link_0
Mes Expéditions Polaires

 Spitzberg - 2001
 Nunavut / Terre de Baffin - 2002
 ProjetsSpitzberg.htmlNunavut.htmlProjets.htmlshapeimage_4_link_0shapeimage_4_link_1shapeimage_4_link_2
Mes Expéditions d’Altitude

 Kilimanjaro - 2003
 Mc Kinley - 2003
 ProjetsKilimanjaro.htmlMc_kinley.htmlProjets.htmlshapeimage_5_link_0shapeimage_5_link_1shapeimage_5_link_2
En Pratique
 le froid
 l’altitude
 l’hygiènepratique_-_le_froid.htmlpratique_-_hygiene.htmlshapeimage_6_link_0shapeimage_6_link_1
 
Altitude, hypoxie et performances
L’adaptation de l’organisme
Les pathologies
La préventionpratique_-_hypoxie.htmlpratique_-_hypoxie.htmlpratique_-_adaptation.htmlpratique_-_adaptation.htmlpratique_-_prevention.htmlshapeimage_7_link_0shapeimage_7_link_1shapeimage_7_link_2shapeimage_7_link_3shapeimage_7_link_4

Mal Aigu des Montagnes


Le mal aigu des montagnes est la pathologie propre à la montagne, au dessus de 2500m. Même des montagnards chevronnés, épargnés depuis toujours, peuvent soudainement être victimes du MAM.


Nul ne peut savoir à l'avance s'il sera épargné ou non, sauf s'il applique des mesures préventives, développées ci-contre :


Les symptômes les plus courants sont :


  1. maux de tête : 95% des cas

  2. nausées, perte d'appétit : 30% des cas

  3. insomnies : 70% des cas (somnolence la journée, sommeil agité, cauchemars)


En affectant un poids à chacun de ces symptômes de mal adaptation, la gravité du Mal Aigu des Montagnes peut être estimée selon le tableau suivant :

  1. 1 point

  2. Maux de tête   

  3. Nausée ou anorexie  

  4. Insomnies                  

  5. Vertiges                      

  6. 2 points

  7. Maux de tête ne cédant pas à l'aspirine

  8. Vomissements

  9. 3 points

  10. Essoufflement au repos

  11. Baisse de la diurèse (volume d'urine)

  12. Fatigue anormale ou importante


Le traitement varie selon les scores :


Pour un score de 1 à 3     : aspirine ou paracétamol

Pour un score de 4 à 6     : aspirine, repos et stopper la progression

Pour un score > 6             : descente ou caisson


Si la mal adaptation persévère malgré ces traitements ou si les traitements ne sont pas suivis, deux accidents exceptionnels mais redoutables (mortels) sont possibles :

  1. L'oedème pulmonaire de haute altitude (OPHA)

Il est marqué par une sensation d'étouffement, une respiration bruyante. Les lèvres, les oreilles deviennent bleues, des crachats peuvent apparaitre. L'OPHA survient surtout la nuit, après une journée d'efforts intenses.

  1. L'oedème cérébral de haute altitude (OCHA)

L'OCHA se caractérise par une lassitude extrême, des vomissements parfois brutaux et en jet. Le mal de tête devient insupportable et n'est plus calmé par l'aspirine. Les sujets peinent à tenir debout, ont des vertiges, des troubles du comportement. Parfois, ces symptômes ne sont pas accompagnés de maux de tête.

Les réactions de l'organisme à l'hypoxie peuvent, par insuffisance ou par excès, être à l'origine de troubles de gravité diverse, résumés dans le schéma suivant :